Le maître de la guitare mandingue moderne, Co fondateur et soliste du Bembeya Jazz de Guinée, Sékou Diabaté est l’inventeur d’un style unique qui a nourri et inspiré tous les guitaristes du continent Africain. Lyrique, sensuel, constamment nspiré, l’égal d’un B.B. King, ce musicien hors pair se livre dans cet album à une brillante relecture de ses grands classiques et de quelques compositions du Bembeya Jazz. Une leçon de swing et d’émotion.

Natif de Thiero, dans la région de Faranah en Haute-Guinée, Sékou Diabaté est un autodidacte formé dès l’enfance à la tradition. Il a su se forger à la guitare, instrument qu’il a adopté très tôt, un style unique, inimitable, reconnaissable entre tous, en s’inspirant à la fois de la Kora et du Balafon - les deux instruments rois de la musique mandingue - et des musiques modernes captées à la radio. Très à l’écoute, comme tous les jeunes de sa génération, des musiques cubaines, du jazz, du blues américain et des chansons françaises, il a réussi une synthèse personnelle au service d’une identité musicale très forte. Il est devenu dès l’origine le guitariste solo et le pivot central d’un orchestre qui a révolutionné la musique urbaine d’Afrique de l’Ouest à l’époque des Indépendances. Le Bembeya Jazz, formé en 1961, a été le groupe phare de la Guinée de Sékou Touré, le premier président, despote et mécène, de la toute nouvelle république. Son succès et son rayonnement, son influence sur tous les orchestres du continent Africain, le Bembaya les doit largement à ses chanteurs (dont le regretté Aboubacar Demba Camara et Sékouba Bambino qui poursuit maintenant une carrière personnelle), mais aussi et surtout aux solos flamboyants et lyriques de son guitariste.

Son surnom de "Diamond Fingers", il l’a gagné au Fespac de Lagos en 1977 (premier festival des Arts Panafricains), lors d’un mémorable concert du Bembeya Jazz.

Aussi talentueux que modeste, Sékou Diabaté a peu enregistré sous son nom. Profitant d’un séjour de l’orchestre lors de sa dernière tournée européenne, et avant le départ du groupe pour les USA et le Canada, il a souhaité réaliser ce talbum avec des musiciens du Bembeya et pour deux chansons, il a invité Safiata Condé, chanteuse très populaire à Conakry et en Afrique de l’Ouest.

Le choix des morceaux s’est porté sur des compositions originales et quelques grands classiques du Bembeya Jazz. C’est un disque serein, apaisé, empreint de nostalgie. Sékou a fait un travail sur le son et le phrasé de sa guitare comme jamais auparavant. Les versions limpides et élégantes de Guitar Fö, Diamond Fingers, Bala Koura ou Wati sont l’œuvre d’un maître, d’un musicien mûr en pleine possession de ses moyens, qui n’étale jamais sa virtuosité mais privilégie les couleurs de sa guitare, dont il aime à dire avec humour, qu’elle est "la seule femme de sa vie".